Ils se séparent : version Vénus vs version Mars

T’as vu ? Pas facile à dire, ce titre, hein ? Essaie cinq fois très vite, pour rigoler.

Bon, je démarre.

Ah, non, un truc avant de commencer : j’aimerais préciser que si vous, mes copines, vous vous reconnaissez un peu, par moment, dans certaines des phrases qui suivent, c’est tout à fait normal, c’est parce que je vous écoute quand on cause. Et que vous êtes un vivier extraordinaire. Et que je vous kiffe. Voilà. 

Ils se séparent. Mais pourquoi donc ?

Version elle :

Je ne me reconnais plus dans notre projet de couple. Tu comprends j’ai l’impression d’avancer en parallèle de lui, sans jamais croiser sa route. Chacun de son côté dans le même chez nous qui ne veut plus rien dire. C’est dramatique.

Rien ne se passe ! Je passe mon temps entre aspirateur et confitures, putain, j’ai d’autres envies ! Un peu de fun dans notre quotidien, tu vois ? Lui il se contente. C’est ça : les mecs, ils se contentent. Ils ne feront pas bouger d’un iota une situation conjugale de merde. Jusqu’au jour où un plan B se pointe, ils y goûtent, ouais, bon le plan B devient le plan A et ils te quittent, là, d’un coup, sans préavis : ils partent se contenter ailleurs, en quelques sortes.

Et puis aussi, il est incapable de la moindre délicatesse. Il m’offre des trucs monstrueux, il y met un fric fou mais il me balance ça pardessus la table en me vannant pour faire rire les gosses. Au début, je me disais qu’il était pudique, maintenant je pense qu’il est indélicat. Et tu vois, je préfère le quitter avant de penser qu’il est juste un gros con.

… et puis sexuellement, j’ai besoin d’avancer, faut que les sens exultent, merde ! Tous les deux, depuis le temps qu’on baise ensemble, on a la partition rodée au millimètre, c’est sans risque tu me diras, mais bon je serais pas contre quelques surprises de temps en temps.

J’ai besoin de temps pour moi. Me retrouver, m’explorer pour savoir où je vais, qui je suis… Je sens que je m’étiole, j’essaie de lui en parler, mais je vois bien qu’il ne comprend pas ce que j’essaie d’exprimer. Ça le dépasse… etc etc.

Version lui :

Elle me casse plus les couilles qu’elle me les vide.