Ode à l’amitié

Un jour, tu m’as dit, j’en ai marre, je suis fatiguée, je voudrais avoir cinq ans, et que ma mère décide de ce qu’on mange ce soir. J’ai ri. J’ai ri tellement c’était ça. Exactement ça, cette fatigue intérieure, à chaque jour suffit sa peine, et pour toi une peine par jour, et l’envie de dire pouce, stop, pause, arrêt sur image, repos, siouplé, pitié, assez.

Un jour tu m’as dit je voudrais me pelotonner, c’est dingue, contre lui, tu vois, recroquevillée, ses lèvres sur ma nuque et qu’on ne bouge plus, plus du tout, à l’abri dans ses bras. Je n’aurais pas d’autres projets immédiats que de respirer son odeur, et d’entendre battre son cœur. Un retour à l’état de grâce, le repos absolu, et contre sa peau mon âme à nue.

Un jour tu m’as dit j’ai envie de trancher dans le lard, de piétiner la pièce montée, qu’est-ce que t’en penses, ma caille, de ces colères rentrées ? Tu as ajouté la vie est un contrat tronqué, un tronc à contrer, un con à troncher, la vie c’est rien qu’une supercherie ma chérie. J’ai embrassé ta tempe, j’ai dit il est super bon ton thé.

Un jour tu m’as dit j’ai rencontré un mec. D’abord, c’est génial, il est assez grand pour que je puisse enfin porter des talons. Du coup j’ai acheté des chaussures de pétasses, regarde ! Non, mais t’inquiète, hein, le gars c’est un métrosexuel, je le prends pour la parade ! Je vais pas lui faire un gniard ! Mais bon, quoi, je peux bien rigoler un peu, non ? Il se regarde lui-même quand il fait l’amour, c’est intéressant. Le seul truc un peu chiant, c’est qu’il n’arrive pas à prononcer mon prénom.

Un jour tu m’as dit ben qu’est-ce que t’as, ça va pas, t’es toute chiffonnée ? Mes bras en sont tombés, de chaque côté, et j’ai pleuré. Je ne sais pas, tes grands yeux bleus absolument innocents, tout plein d’enfance encore dans ce corps de géante. J’ai craqué. Je me suis retrouvée la joue contre ton sein, directement larguée la fillette en toi pour faire appel à la mama, tu as calmé mes pleurs en caressant mon dos, là, là, ma toute douce, là, c’est quoi ce gros chagrin…

T’es là, tes sourires et ton poing levé. T’es là. A jamais.

7 commentaires sur « Ode à l’amitié »

  1. Je l’avais lu il y a deux ans j’avais souri très fort je m’étais dit putain elle je l’aime et on dirait bien qu’elle pense pareil !! c’est de moi qu’elle parle ? C’est dingue quand même !!! cette fille est dingue !! je vais pas lui laisser un mot ici , je vais l’appeler , non mieux je vais aller la voir , la kidnapper pour boire une bière , ou aller au restau , et puis …. j’ai du t’envoyer un petit texto tout petit, tellement pas à la hauteur … Hier en lisant ton dernier billet d’instit et après avoir ri à « abricot fendu », je retombe là dessus et je pleure , je pleure avec des grosses larmes dans mon cou. Le grand, tu sais celui des talons, qui me tient la main en regardant la télé, alors que dort dans la pièce à coté le gniard que je lui ai fait, me demande à son tour c’est quoi ce gros chagrin ma belle et à moi de répondre : c’est que du bonheur !!
    Ta rencontre ma belle c’est un coup de foudre , j’ai su tout de suite , dans ton œil , dans la commissure de tes lèvres, qu’on allait se comprendre et surtout toujours se marrer , se plaire, se raconter des vies , les nôtres, les autres, celles autour. Chaque fois que nous sommes en présence , ça marche et moi j’en veux encore et encore.
    T »es là à jamais .

    J'aime

  2. Ce texte est très touchante et particulièrement cette phrase :  » Je ne sais pas, tes grands yeux bleus absolument innocents, tout plein d’enfance encore dans ce corps de géante. J’ai craqué ».

    J'aime

    1. C’est toujours magique de constater que mes mots provoquent de l’émotion… Je crois que je mets mes textes en ligne uniquement pour ça, pour ces commentaires qui montrent que quelqu’un, quelque part, à été touché et a pris du plaisir. Merci, Gaïa, d’être passée et d’avoir pris le temps de me laisser ton ressenti, c’est très important, valorisant et motivant ! A très bientôt.

      J'aime

A vos claviers : commentez !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s