Un extrait, ça vous tente ?

Je vous donne à lire un passage du roman que j’écris en ce moment. Au contraire du roman de Chloé, je sais exactement ce que je veux et où je vais, et je sais exactement les écueils que je pourrais rencontrer. C’est difficile à écrire, je bataille sec, et forcément, je prends un plaisir monstre… avec en arrière plan cet éternel doute qui me tord ! Mais bon, à petit coup de quelques lignes chaque matin, tipatipatop, ça vient tout doucettement.

En tout cas, merci d’être là, vouzot…


 

Elle feuilletait tranquillement un livre de dessins au fusain quand elle eut la sensation d’être dévisagée. Elle leva les yeux, tourna la tête, mais à cette heure de fin de matinée, la bibliothèque était peu fréquentée, il n’y avait personne derrière elle. Personne non plus dans les fauteuils installés près des magazines en libre accès, personne aux ordinateurs, personne dans l’aire de jeux d’Échecs et de Dames installés près des baies vitrées… Personne nulle part, en somme. Et le silence qui, l’instant d’avant, lui semblait paisible, lui parut brutalement trop dense, compact, comme s’il s’était mis à peser sur son corps, physiquement. Elle se dit que peut-être elle ressentait l’imminence d’un danger, comme juste avant un tremblement de terre, lorsque les oiseaux cessent de pépier, les abeilles de vrombir, les cigales de chanter, et que, au milieu de ce silence inhabituel, nous nous interrogeons vainement sur ce qui va se passer tout en étant absolument incapable de le présager.

Elle bougea ses épaules pour les délier, cligna fortement des paupières comme pour s’extraire d’un rêve désagréable, et respira profondément. Puis elle se dirigea vers le comptoir et frappa la sonnette du plat de la main pour appeler la bibliothécaire et faire enregistrer ses emprunts. Le tintement familier de la petite clochette d’hôtel, anachronique dans cet espace ultra moderne de la bibliothèque municipale récemment construite, épaissit encore le silence durant les quelques dizaines de secondes qu’il fallut à l’employée pour apparaître. Caroline se forçait à respirer lentement, consciente que cette crise d’angoisse n’avait pas de raison d’être, qu’il ne pouvait y avoir de lieu plus sécurisant que cette bibliothèque et que sa peur était irraisonnée. La dame apparut, s’approcha d’un pas détendu, sourit, bavarda tranquillement en scannant les codes barres des bouquins un par un, avec des gestes précis, des regards francs et des commentaires attendus, tout un rituel de communication normé qui rassura Caroline : tout allait bien. Elle sortit au soleil, et regarda dans la rue, à droite et à gauche, longuement.


15 commentaires sur « Un extrait, ça vous tente ? »

      1. En espérant avoir une version papier dans les mains (je prends beaucoup plus de plaisir à lire en tenant un livre) et dévorer en bonne et due forme vos romans 🙂
        Cordialement.

        J'aime

  1. C’est quoi l’idée? Tu veux nous rendre accro afin que l’on se jette sur ton roman à sa sortie…Quel teaser!!!!!!
    Comme j’aimerais écrire comme toi…

    J'aime

  2. ce que j’aime (bcp; épi ça me regarde) chez toi, ..c’est toi Camille (comme dirait un enfant, de sa bouche s’extrait sa vérité, tsoin-tsoin)
    certes, les cigales (aussi les éléphants etc.) avant un tremblement mouftent (et/ou caltent)
    pour dire quoi ? ..humm.. ouiz, qué silence dans une bibliothèque !
    /que je ne fréquente pas assez, ..plutôt ballot car je suis curieux alors qql appétence pour les surprises, doublée d’une avidité de lecture (si j’exagère un peu ? à peine) surtout qu’il y en a une petite (bibliothèque) aussi récente (une année) là sur le boulevard, à un block de la case..
    D’accord Camille, et tout promis j’y passe-voir, ..tout de go !
    Hop! en vélo, ..oui même si à proximité, j’enfourche le commun destrier, puisque homme pressé,
    (je te raconterai) bize

    J'aime

    1. Ah ben, j’ai hâte, dis donc ! Raconte, raconte, homme pressé, Camille l’impatiente voudrait savoir si cette visite en bibliothèque provoquée par mes bataillages littéraires aura entraîné une jolie promenade en destrier à roues et un bon moment en ce lieu où il ne fait pas bon se dépêcher… Bonne lecture, Ti Suisse, et merci pour tes passages chez moi ! Bizégalement, Camille

      J'aime

  3. Tu joues avec nos nerfs….on va passer les trois prochains mois à se demander ce que cache ce silence subitement trop silencieux et ce qu’il y dans la rue, à droite et à gauche….alors tipatipatop la suite et vite !
    🙂

    J'aime

    1. Bon ça te plaît alors… Ça interroge en tout cas. Allez, approche, je te glisse l’info rien qu’à toi : télétransportée dans un monde parallèle. Devient mutante après avoir été séduite par un djinn qui l’abandonne durement après l’avoir engrossée. Elle décide de confier l’enfant à Brad et Angelina. Voilà.

      Aimé par 1 personne

A vos claviers : commentez !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s