Embrouilles au collège

J’étais devant le collège, j’attendais mon petit dernier et je discutais avec une prof de français qui connaît mes deux aînés pour avoir guidé la première vers des études littéraires et tenté de sauver le second de sa phobie de l’orthographe (Mam, tu vien me cherché ? : je sais pas ce que merdouille l’écriture intuitive de son téléphone, paraît qu’elle change toutes ses terminaisons qu’il a juste, normalement, j’te jure, ça change au moment où j’envoie, j’avais mis un s, j’te juuuuure). Bon, bref, donc je bavardais avec cette prof que j’apprécie énormément et que j’admire beaucoup, et mon loupiot attendait sagement à mes côtés (y’a la prof, quand même, on se tient et on dit pas de couillonnades). Surgit soudain la CPE du collège qui m’avait vue par la fenêtre et s’en venait d’un pas décidé vers moi, l’air… heu… pas content. Genre pas content mais pas franchement menaçant non plus, on sentait que c’était pas la fin des zaricots non plus, j’ai connu pire avec elle (rapport à mon phobique). Donc, elle se gare près de notre conversation qui stoppe net, forcément, et, s’adressant à moi en regardant mon fils droit dans les yeux : « Est-ce qu’il vous a raconté ce qu’il a fait ce matin ? »

Ouille. J’aime pas bien bien ce genre de démarrage, moi. Je jette des points-d’interrogation-sourcils-froncés à mon rejeton qui lève vers moi des yeux absolument innocents, ce qui renforce évidemment sa présumée culpabilité. Là, la CPE, l’œil toujours noir, le prend par les épaules en un geste protecteur et tendre qui jure totalement avec le ton qu’elle emploie. On échange un regard déboussolé, avec la prof de français, qui décide courageusement de me planter là avec mon désarroi. La CPE poursuit donc : « Il a séparé une bagarre dans le bus ce matin ! »

Bon, là, je ne sais plus que faire. Peut-être faut-il l’en féliciter ? Oui, mais je vois bien que la dame reste contrariée, elle tient mon gamin par les épaules, genre « brave petit gars », mais en même temps, elle secoue la tête d’un air désapprobateur. Alors je dis un truc très intelligent, je réponds : heu… heu… et je lève les deux mains en signe de totale incompréhension. Elle décide donc d’éclairer ma lanterne :

– Il a séparé une bagarre… dans le bus ! Il s’est donc levé ! Debout ! Dans le bus ! Imaginez vous si le chauffeur avait freiné ! Ils ne s’attachent pas, hein, bien-sûr, c’est la honte d’être attaché dans le bus, alors on fait le malin, on se lève… et si ça freine, hein ?

Bon, là, j’avoue, j’ai battu en retraite. J’ai dit ok, merci, j’en parlerai avec lui, et on a marché dignement vers ma voiture où il s’est attaché, bien-sûr, parce que depuis que mes gosses sont tout petits, on ne démarre pas le moteur si les ceintures ne sont pas bouclées, et quand la portière a été refermée, on a éclaté de rire tous les deux. Qu’est-ce que je devais dire ? Franchement ? Peut-être que quelqu’un, un adulte, une personne pour seconder le chauffeur qui conduit ET surveille derrière que ça tourne pas vilain, ce serait pas un mal. Non, moi j’dis ça, j’dis rien… C’est pas comme si on avait six millions de chômeurs non plus…

19 commentaires sur « Embrouilles au collège »

  1. Heureusement qu’il y a des enfants qui réagissent ainsi! Plutôt que de se mettre autour à regarder la baston…Pour autant, le simple fait qu’il soit intervenu en bravant les règles de sécurité démontre bien que la défaillance des adultes…

    J'aime

    1. Je ne comprends pas une chose : on ne parle que de lutte contre le harcèlement à l’école, c’est la nouvelle mode (et quand on dit école, en réalité, on parle du collège, surtout…), on vise les profs directement pour leur soi-disant désengagement, leur manque de réactivité pour ne pas dire leur passivité devant la souffrance d’un enfant, on vise les surveillants (2 pauvres gus à peine plus âgés que les élèves dans une cour pleine de recoins…), mais les harcèlements ne se passent JAMAIS sous les yeux des adultes, évidemment ! Les bus non surveillés (une aberration), les escaliers non plus (dix gamins blessés il y a peu, il faut un mort pour réagir ?), les toilettes que les gamins n’osent pas utiliser (gros souci de cystites à répétition et d’infections urinaires chez les 11-16 ans, comme c’est étrange), les arrières de bâtiments, la circulation dans les couloirs, les files d’attente du self où règne la loi du plus fort… C’est pas compliqué de mettre du monde, plus de monde, des adultes en nombre suffisant ! Je ne suis pas pour y coller des flics, c’est ridicule, ils ont d’autres chats plus sauvages à fouetter (d’autres caméras de vidéo surveillance à surveiller), juste du personnel de présence, bienveillant, nombreux, à l’écoute, qui serait là, qui mangerait avec eux, qui circulerait dans la cour un peu partout, qui serait présent dans les espaces de repos ou de travail, qui accompagnerait les trajets de bus, qui aurait leur mot à dire lors des conseils de classe, en tant qu’éducateurs. Des éducateurs, voilà.

      Aimé par 1 personne

      1. On pointe du doigt ceux présents pour oublier les absents…Un pb de budget?
        Pourtant, aujourd’hui, on connaît très bien les résultats de l’appauvrissement de l’éducation nationale…Il paraît par ailleurs que les recrutements sont de plus en plus difficiles…Je veux dire que la vocation est de plus en plus rare…
        J’avoue ne pas comprendre non plus…A moins que ce qu’on en comprend est bien trop triste à admettre…
        Mais quand Mambo 3 joue à la maîtresse (ce qu’elle a fait tout l’après-midi), je suis contente et je me dis qu’elle est probablement préservée…
        Bisous Camille

        J'aime

      2. Je ne peux parler que du primaire puisque c’est ce que je connais… Le concours est devenu effectivement très très difficile… si tu ajoutes à ça des conditions de travail compliquées, pour un salaire somme toute modeste (même s’il reste acceptable par rapport à ce que gagne la majorité de nos concitoyens), ça donne une baisse des vocations effectivement. Même si je continue à dire que c’est le plus merveilleux métier du monde !

        Aimé par 1 personne

  2. Ben euh… il a séparé une bagarre, c’est bien non? Je pense que cette dame cherche la petite bête, là. Et t’as raison, y’avait personne pour surveiller les mioches??

    J'aime

    1. Jamais personne dans les ramassages scolaires non, pas assez de personnel, pas d’argent pour payer les gens, c’est assez surprenant quand on sait les règles draconiennes qu’on subit pour le moindre déplacement hors classe… Deux poids deux mesures, comme souvent.

      Aimé par 1 personne

    1. Oh… elle est gentille comme tout cette dame, un poil psychorigide ça d’accord, mais elle tient son collège d’une main de fer dans un gant de velours, bienveillante MAIS intransigeante. Non, vraiment, on n’en dit pas de mal : elle ne mérite pas.

      J'aime

  3. Eh bien, j’ai envie de dire bravo à ton loulou qui a désobéi, certes, mais c’est une belle désobéissance qui s’est opposée à l’indifférence. C’est courageux.

    J'aime

    1. Oui, sans doute, pas de quoi non plus le porter en triomphe, mais c’est vrai qu’à l’âge du collège, les attentes en terme de discipline leur paraissent parfois tellement incongrues, voire contradictoires, qu’on a du mal à leur en faire comprendre et admettre le bien-fondé. Il a bien fait de se lever cette fois-là, c’est certain, mais ça n’excuse pas toutes les fois où il s’est levé dans le bus pour faire le mariole ! 😉

      Aimé par 1 personne

      1. Il est difficile de se conformer à ce que l’on ne comprend pas, voire à ce qui paraît absurde… il y a parfois de saines désobéissances… 🙂

        J'aime

A vos claviers : commentez !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s