De l’art de bien demander les choses

Vous avez remarqué comme la plupart des problèmes de communication humaine sont consécutifs de demandes mal formulées, floues, sous-entendues ? Une demande claire pour une réponse limpide, voilà le secret.

tu-peux-me-mettre-en-soutienLes enfants, à l’école, n’échappent pas à la règle, et même sont de grands spécialistes. Ainsi, il est très rare qu’un élève demande directement : « Peux-tu me prêter une paire de ciseaux, maîtresse s’il te plaît ? » La phrase sera plutôt : « Je ne trouve plus mes ciseaux », ou « Mes ciseaux ne coupent pas », ou « J’ai oublié mes ciseaux à la maison ». J’essaie donc de leur apprendre à formuler clairement ce qu’ils souhaitent, en me plantant devant eux : « Qu’est-ce que tu attends de moi exactement ? » est ma phrase fétiche, elle les fait sourire et ils reformulent correctement leur demande.

En récréation, quand ils viennent se plaindre d’un camarade (ce qui arrive très rarement, c’est à dire environ toutes les huit secondes), je demande aussi, très souvent, ce qu’ils attendent exactement de moi. Généralement, ils restent coi, car ce qu’ils attendent est difficilement exprimable, un peu honteux : ils veulent que je gronde l’autre. Le fait de devoir le dire clairement leur fait prendre conscience que peut-être, leur plainte est exagérée, qu’ils ont leurs torts dans la dispute, et surtout qu’ils pourraient très bien gérer leur petit conflit tout seuls.

Quand j’étais à l’IUFM, il y a vingt ans, j’avais un prof de français qui insistait beaucoup sur l’expression orale, et la nécessité pour nous, futurs enseignants, de transmettre en pleine conscience un bien-parler. Il disait que les discriminations, dans le futur, ne se feraient plus sur les signes extérieurs de richesse tels que les bagnoles ou les fringues, accessibles à presque tous, mais sur la qualité du langage. Il avait tellement raison… Pour niveler les écarts sociaux, disait-il, nous nous devons d’apprendre à nos élèves à parler correctement. Il précisait même que pour certains, le défi se rapprochait de l’apprentissage d’une langue étrangère. Lors de ma première inspection, mon inspecteur m’a également demandé d’être hyper vigilante sur mon langage : « Vous serez pour certains élèves leur seule occasion d’entendre un français correct, ne l’oubliez pas… » Je ne l’ai pas oublié.

 

6 commentaires sur « De l’art de bien demander les choses »

    1. Oh, là, là, non, c’est gentil mais c’est très exagéré, je suis une maîtresse qui fait pour le mieux, avec mes défauts et mes qualités, mes coups de mou et mes périodes youhhhh… Humaine, quoi. En tout cas merci, Sev, tu as fait une sacrée exploration de mon blog, ce matin ! 😉

      Aimé par 1 personne

    1. Tu as aussi le truc de répondre à une plainte : « ben dis donc… À ta place j’aurais aussi été furieuse/déçue/triste… et comment as-tu réagi ? » ça force l’expression des émotions, essentiel à la recherche d’une « bonne » réponse.

      Aimé par 2 people

A vos claviers : commentez !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s