Sortir du cadre, bouger les lignes, faire évoluer les habitudes…

Et pour commencer, dégager ces tables et ces chaises de nos salles de classes. J’en rêve ! De gros poufs comme dans la vidéo en bas de l’article, ce serait le pied. Des pupitres légers, maniables, conçus pour écrire assis sur le sol (et empilables comme les petits lits de maternelle pour un gain de place, je ne sais pas dessiner mais j’ai le truc en tête), des coussins, des banquettes le long des murs, un espace central libéré pour les regroupements… Car quand on y réfléchit, les gosses, ce qu’ils aiment, c’est être vautrés, allongés, les fesses en l’air, les pieds qui gigotent. Ils ont besoin de pouvoir bouger, de changer de position, c’est quasi vital pour eux… Alors qu’est-ce qu’on attend pour cesser de contrarier leur nature et leur permettre d’être à l’aise pour apprendre !

Tais-toi, ne bouge plus, tourne-toi, arrête de trifouiller dans ta trousse, cesse de te balancer, de gesticuler, concentre-toi… C’est comme si on vous demandait de respirer une fois sur deux, de cligner des yeux toutes les dix-huit secondes précisément, et de suivre une conférence ardue en même temps sans en perdre une miette ! Une aberration. Toute leur énergie est mobilisée pour contenir leur agitation naturelle…

Le débat, je le lance régulièrement à l’école, comme ça, de manière informelle, histoire que l’idée fasse son chemin. Mes collègues pour la plupart adhèrent et reconnaissent l’incohérence de cette immobilité forcée, mais en ayant du mal à imaginer autre chose. Avec mes amies enseignantes les plus proches, les plus ouvertes aux changements, on reluque du côté des écoles alternatives qui regorgent de bonnes idées qu’on pourrait adapter. Bref, on y réfléchit. Mais il y a des résistances très fortes et les plus puissantes ne proviennent pas des enseignants mais des parents, et de la mairie (responsable de tout à l’école excepté de nos salaires, je le rappelle pour ceux qui l’ignorent). Autrement dit, si on devait virer les tables et les chaises et remplacer tout ce mobilier obsolète pour quelque chose de plus ergonomique, de plus adapté, c’est le conseil municipal qui validerait ou pas, et qui signerait le chèque. On ne fait pas ce qu’on veut, croyez pas.

Autre résistance, l’imaginaire collectif des parents. L’école, c’est comme ça, et pas autrement, puisque c’est ça que j’ai vécu petit, et que j’en suis pas mort. Bien-sûr… Pourtant il y a plein de choses que les humains ont vécu depuis des siècles, dont ils ne sont pas morts, mais qu’on a changé quand même. Cet argument est donc débile mais il est extraordinairement récurrent. En fait, ils ont peur qu’on utilise leur gamin pour des expériences foireuses, ce que je peux comprendre. Donc ils sont très contradictoires, ils trouvent que Montessori et Steiner, c’est génial, mais en même temps, ils réclament des pédagogies traditionnelles, ils vénèrent les « maîtresses à l’ancienne » qui ont fait leur preuve (de leur point de vue). J’envie mes collègues de maternelle qui ont les mains libres pour tester des choses sans pression sociale… C’est d’elles que viendront les changements de mentalité.

L’école va évoluer, on n’y coupera pas, et je m’en réjouis d’avance.

http://positivr.fr/colleges-france-pedagogie-nouvelle/?utm_source=actus_lilo

4 commentaires sur « Sortir du cadre, bouger les lignes, faire évoluer les habitudes… »

  1. bonjour, ..et joli mois de janvier (j’aime) aussi désolé de n’être d’aucune aide, en effet je reste collé avec et autour d’Isaac Newton (je sais: un siècle après C Colomb, ou l’imprimerie)
    /sans parler de Thalès, Euclide.. le jour/la nuit, la chaleur/la trouille.
    Aussi d’un autre côté, vu la vitesse (…) à laquelle mes contemporains avancent, aucune raison (!) de me presser ! il n’empêche: ‘j’ai confiance’ ! ..à-chacun son indécrottable partition,

    J'aime

    1. Hey, Ti Suisse, très en forme, tellement que j’ai du mal à te suivre, mais j’ai quand même compris que chacun fait com’y peut, et que ta confiance m’est acquise, c’est déjà pas mal ! à vite, cheers !

      J'aime

  2. Je suis tellement d’accord avec toi…bouger les lignes. Je crois vraiment que l’on peut le faire. Par contre, il faut que les enseignants s’améliorent au niveau de la communication. Si on prend le temps d’expliquer aux parents pourquoi nous faisons tel choix pédagogique et qu’en plus tu l’étayes avec des conclusions de recherche ou autres. Les parents suivent …peut-être pas au début à 100% car toute nouveauté génère du stress.
    Petites remarques supplémentaires: sur l’étalement corporel des élèves, je leur fais la remarque plus pour l’avenir de leur dos. Et concernant le tripotage incessant dans les trousses, cela questionne sur le stress ou les angoisses des enfants aussi, car très souvent c’est lié me semble-t-il.

    J'aime

    1. Oui, bien-sûr, la communication est la clé, et pour ça, il faut être soi-même convaincus, et savoir pourquoi on fait tel ou tel choix… Bref, de la formation, et des choix d’équipe, on ne fait rien tout seul dans son coin.
      Concernant la santé de leur dos, c’est la position assise qui génère des troubles à la longue : l’homme n’est pas fait pour rester assis, mais pour marcher et courir. Avec mon mari, nous avons vu un excellent reportage d’Arte sur le thème, très édifiant (je ne trouve pas le lien direct, mais tu le trouveras facilement : « l’homme est-il fait pour courir ? »).
      Quant à l’anxiété, on a intérêt à y être vigilantes, c’est évident…

      J'aime

A vos claviers : commentez !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s