5 commentaires sur « Le vieux noyer »

  1. …Perché au flanc d’une colline banale, un arbre isolé porte encore tout un feuillage sombre et dense, dessinant sur l’horizon immobile et vide une boule noire et obstinée.
    Soudain – coup de vent ? coup du sort ? – l’arbre s’évanouit ! Ses feuilles s’éparpillent, chutent, tombent, remontent, s’envolent, virevoltent en striant le ciel lourd ; puis le tourbillon revient s’accrocher aux branches et l’arbre renait.
    Quelle leçon tirer de ce petit miracle volatil ? Que rien n’est caduc, du moment qu’on lutte ? Qu’il y a toujours un espoir, même insensé ? Que le printemps reviendra encore et encore ?
    Engoncé dans ma carapace de lainages, d’écharpe et de capuche, doigts gourds, pieds gelés, je ne sais rien faire de mieux que m’étonner :
    – Pas encore partis, ces fichus étourneaux ?
    🙂

    J'aime

A vos claviers : commentez !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s