Maîtresse, est-ce que je peux…?

Vous avez tous vu ces machins à la mode que les gosses s’arrachent, ces bidules à trois branches avec un roulement à billes central… Mais si, vous savez, ces jouets qui tournent à toute vitesse, qu’on maintient en équilibre sur le doigt, le nez, le front… Vous visualisez ? Ces gadgets multicolores et rigolos qui se vendent partout ? Mais siiiii ! Ils sont censés améliorer la concentration. Oui ? Ça vous parle ? Bon. Une mode de plus, j’ai rien à redire, c’est plutôt joli, plutôt marrant, ils en ont tous, ils se les disputent, il y a des vols, des pertes, des échanges, de la casse, bon, la routine quoi.

L’autre jour, un élève m’a montré l’engin, je me suis extasiée, j’ai fait des essais dans la classe (front, menton, épaule, genou), on a bien rigolé, et l’un d’entre eux a dit : « Il y a des écoles où c’est interdit, parce que c’est dangereux. » Dangereux ? Ce machin ? J’ai ouvert des yeux ronds, il a poursuivi : « Oui, si on le lance fort, on peut le recevoir dans la figure, on peut même avoir l’œil crevé… » Ah… J’ai regardé le loustic. Et j’ai dit qu’à ce compte-là, on interdit les stylos, les crayons, parce que bon, c’est pointu, un mauvais geste, une maladresse, et crac : œil crevé. Le gosse a souri.

C’est quoi ce monde ? C’est quoi ce grand pays rempli de peurs irraisonnées et d’interdictions aberrantes ? Marre… Marre de parquer les gosses, de les surveiller tout le temps, marre de les contrôler, de les empêcher, de les contraindre, de les brimer, même avec le sourire, même avec empathie. Marre de leur demander d’être autonomes sous mon regard exclusivement, d’être débrouillards mais dans l’espace restreint de la cour, d’être inventifs mais dans le cadre étroit que je leur donne et avec les outils que je tolère, pas pointus, pas coupants, pas tranchants, surtout, éviter le danger, la blessure, éviter le risque. C’est pas une vie. C’est délirant. On accuse l’école d’autrefois d’avoir fait des bons petits soldats, de la chair à canon, mais nous, on fabrique quelles sortes d’adultes avec ces craintes permanentes, ces carcans serrés ? C’est un autre genre, mais ça vaut pas mieux…

Dans ma classe, il y a une gamine qui me demande tous les jours la permission d’aller aux toilettes alors qu’on est en récré. Tous les jours, je la regarde avec un petit sourire moqueur : »Oui, ma grande, et tu as même le droit de respirer. » Elle se marre, parce que je lui ai expliqué mille fois que c’était inutile de me demander, qu’elle était libre d’y aller quand elle veut, mais elle s’obstine. Elle se marre, oui, et elle part en courant vers les sanitaires, mais le lendemain… rebelote. J’ai cru que c’était un prétexte pour me parler, que c’était une excuse, mais pas du tout, elle n’envisage pas de lever le petit doigt sans mon accord, c’est tout. Et mes vannes n’y changent rien. Je trouve ça terrifiant, finalement…

2 commentaires sur « Maîtresse, est-ce que je peux…? »

  1. C’est quand même une magnifique invention, ces jouets qui peuvent blesser à l’école mais pas dans la rue ou à la maison !
    Quant au reste, heureusement l’enfance est têtue et obstinée, même si les mômes ne le savent pas ! ça ne sera pas la première génération à résister à nos règlements ineptes et à faire plier les tuteurs (ou alors, je suis très naïf… peut-être suis-je très naïf 😦 )

    J'aime

A vos claviers : commentez !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s