Salut mon Jacquot

1169260Jacques est mort.

Ce jour. Vendredi 6 avril.

Putain.

Brigitte Fontaine va pleurer son bouc puant. Moi je pleure un paquet de souvenirs adolescents. Putain.

J’avais 16, 17, 20 ans. Y’avait Bernard, Hubert Félix, et lui. Hubert Félix, ma part sombre, ténébreuse, mon goût pour l’halluciné, le démesuré, l’inexplicable qu’on ne veut surtout pas expliquer. Y’avait Bernard, mon engagement, déterminé, convaincu, mon côté gaucho têtu, l’homme qui est allé voir là-bas, en est revenu, l’a raconté, l’a dénoncé, sans négliger la beauté du verbe, le sens de la rime, du rythme.

Et puis mon grand Jacques. Jacquot le fou, le dingue, le poète, le pénible, le baladin, l’infatigable, le merdeux, le rêveur. Imparfait, caractériel, insaisissable, touchant. Chiant pour beaucoup de gens. C’est chiant les gens qui décollent trop souvent, ça donne des crampes à la nuque de ceux qui les suivent des yeux sans pouvoir décoller avec eux. Moi il me faisait rire. Et chanter et pleurer et danser. De bonheur. Souvent. Les nombreuses, très nombreuses fois que je l’ai vu en concert. Les grands moments, mon cœur battant, mon petit cœur balbutiant de toute jeune fille, l’amour que j’avais pour ce pantin échevelé et perché. Putain.

Qu’est-ce que j’ai pu l’aimer…

Jacques est mort. Mon Jacques. Putain.

13 commentaires sur « Salut mon Jacquot »

  1. Superbe hommage, que je signe des deux mains, tant je me retrouve dans ton évocation forte et sensible.
    Lavilliers, Thiéfaine, Higelin…toute ma jeunesse
    Bisous émus
    ¸¸.•*¨*• ☆

    J'aime

  2. Très bel hommage, bien chère Camille, merci. Ce poète a tellement marqué la bohème de mes années fac. Moi aussi je me sentais tête en l’air, je voulais cette fille, je guettais les fées nourricières du haut de leurs beaux balcons fleuris, je me retrouvais seul sur cette route les cheveux balayés par le vent… Même avec du champagne à la main, je suis en deuil aujourd’hui. De lui. De ma jeunesse. Putain !!!!

    Aimé par 1 personne

  3. C’est clair : nous sommes tous bien tristes de son départ. Tant de souvenirs avec lui, comme s’il était de notre famille. Alain Bashung, David Bowie, Léonard Cohen et maintenant Jacques Higelin partis, cela fait un grand vide. Mais il reste leurs mélodies et leurs textes.

    J'aime

    1. En famille on le chante, autour de la table de jardin, ça braille de concert et très faux : Lutins lucioles feux follets, elfes faunes et farfadets, effraient mes grand carnassiers… Et la muse dodue glousse, et le champagne coule pour nous et nos joyeux chants d’été. Il nous réunit et c’est beau.

      Aimé par 1 personne

    1. Capable de créer une synergie démente, de fabriquer de vrais moments de communion, et aussi de pourrir une soirée par ses excès. Même pour ça, je l’adorais ! Avec la mauvaise foi d’une vraie fan… 😉

      J'aime

A vos claviers : commentez !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s