Mon chef me joue du pipeau. Et ça me vrille les oreilles.

Deux ans que je la porte à bout de bras, cette gosse. Deux ans que je la rassure, que je l’encourage, que je la soutiens. Deux ans que je guide et accompagne la famille, pour aider cette enfant au mieux. J’ai déjà parlé d’elle ici, au début de son CE1. J’ai relu mon billet d’alors, j’évoquais son bégaiement impressionnant, ses difficultés scolaires, son courage et sa ténacité, exemplaires. Je parlais aussi de son sourire.

Tout est encore difficile, elle progresse mais elle a besoin de plus de temps, alors j’ai décidé de proposer un maintien en CE2. Comme elle déménage, ce sera dans une autre école, l’équipe de là-bas a déjà été contactée par ma directrice qui a longuement expliqué le parcours de cette enfant. Les parents sont d’accord. Ils adhèrent parce qu’ils ont confiance en moi, en nous. Cette confiance est le fruit d’années de communication et d’échanges, ils ont bien vu qu’on ne lâchait rien, que ce redoublement est tout sauf un renoncement. La petite, évidemment consultée sur ce choix, semble soulagée. Dans son langage laborieux, ce bégaiement qui effraie les gens dès qu’elle ouvre la bouche, elle a dit « d’accord, d’accord maîtresse, c’est si tu veux, oui je pense je préfère, je vais mieux réussir si je refais, je crois, je pourrais mieux faire. » Les mots… les phrases… tout est bizarrement construit. Son souci premier à mon avis, frein à tous les autres apprentissages. Mais elle me sourit, et les jours qui suivent, elle gambade, elle rit aux éclats, elle pousse des petits cris de joie que je ne lui avais jamais entendu, on dirait que son corps entier se détend. Elle redouble… d’efforts. Elle ne lâche rien. Bon sang ce que je suis fière d’elle !

Le grand schtroumpf, dans son bureau où il n’y a jamais un seul enfant, a reçu ma demande de maintien pour elle, c’est la procédure. Il a dit non. Non, voyez-vous, un redoublement, ça donne un sentiment d’échec et ça démotive les élèves, c’est rarement une réussite au bout du compte. Donc je vous conseille de mettre plutôt en place une aide adaptée, de proposer un « stage de réussite » pour cet été. J’ai failli m’étouffer. Le mépris de mon travail est abject, il balaye d’un revers de main tout mon boulot de ces deux ans. S’imagine-t-il qu’on pourrait envisager cette solution ultime sans avoir tout tenté avant ? La réponse est probablement automatique, la même avec les mêmes mots pour toutes les demandes qu’il a reçues, sa secrétaire doit sans doute juste changer le nom de l’élève. Il a reçu des directives, j’imagine bien. Voyez-vous, un élève qui redouble reste une année de plus dans le système scolaire. Et ça coûte des sous. C’est donc, là encore, juste une histoire de gros sous. Dédoubler quelques CP en ZEP pour faire genre, remettre le couvert sur la méthode syllabique pour distraire l’opinion, exiger des dictées et du calcul mental quotidiennement… on pourra pas dire qu’on lutte pas contre l’échec scolaire. Ah oui, et puis aussi, on doit faire des chorales, le super grand schtroumpf nous fait une fixette là-dessus, il a dû préparer son mandat rue de Grenelle en regardant Les Choristes en boucle.

Pardon, je suis un tout petit peu amère.

 coût de la scolaritécoût de la scolarité OCDE

 

9 commentaires sur « Mon chef me joue du pipeau. Et ça me vrille les oreilles. »

  1. Mêmes aberrations ici en Belgique … l’élève ne doit pas coûter, mais rapporter ! Pour exemple, le FEB (Federation des Entreprises de Belgique) veut sortir les enfants du secondaire pour les mettre plus vite au travail …
    Où est l’humanité et l’envie d’une jeunesse qui pourra (se) construire, au rythme qui lui est nécessire… Courage !!
    Et j’en passe, et des meilleures …

    Aimé par 1 personne

  2. L’ élève au centre du système… ben voyons ! Après 27 ans de carrière, Don Quichotte est fatiguée de tous ce moulins à vent…. Toute l’énergie déployée pour aider au mieux cette gosse balayée par une application dénuée de toute bienveillance d’ une volonté de faire des économies… Mais dit toi que ce que tu as fait, c’est tellement bien déjà ❤

    Aimé par 1 personne

A vos claviers : commentez !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s