Humeurs du jour : joie et résistance

On va les retrouver. Les retrouver tous. Enfin…

Manu l’a dit l’autre soir. Il a surtout dit qu’il était drôlement content de lui, mais quand même à un moment, si on écoute bien bien, il dit qu’on rouvre l’école, et il termine sa phrase en marmonnant ce que j’ai cru être un « normalement ». Aussitôt mon téléphone a commencé à vriller. Normalement par rapport à quoi ? Dans la normalité du protocole ou dans la normalité normale de la vie normale d’avant avec ballon autorisé et pas de masque pour maîtresse qui s’étouffe ? Ma directrice a dit « Oooooh, du calme les filles, on attend le nouveau protocole, et on avise. En attendant c’est encore dimanche. » Ma directrice excelle dans l’art de calmer ses troupes.

Finalement le protocole est arrivé. Hier mercredi. On nous a tout de suite prévenu qu’il pourrait être modifié. On a décidé qu’il sera définitif parce qu’on va pas faire que ça non plus. Les petits pourront TOUS être là lundi. Espacés dans la classe pour faire genre (le protocole dit : « un mètre mais si vous pouvez pas bon bah vous aurez qu’à faire un peu moins on va pas chipoter » je traduis grosso modo hein, mais l’idée y est), mains récurées autant que possible, panier repas à son bureau pour ne pas rencontrer d’autres enfants d’autres classes car l’étanchéité du groupe reste la priorité. Bon, chaque soir, chaque weekend, ils se retrouvent tous à la piscine commune de leur résidence ou pour des soirées pyjama, mais nous, on aura respecté le protocole. On est, comme on dit, dans les clous.

C’est marrant parce que cette expression, très souvent utilisée dans mon métier, me fait toujours penser à Jésus. Jésus qui était tellement dans ses clous, vous savez ? Je sais très bien à quel genre de clous l’expression fait référence, mais je ne peux pas m’empêcher de voir le bonhomme avec les mains empêchées et le corps à l’agonie.

C’est que c’est pas facile, d’être dans les clous… Ma hiérarchie s’y connaît pour me compliquer la vie à coup de formulaires et de directives, aussi nombreuses que contradictoires, aussi fluctuantes qu’incompréhensibles. Voyez, là, on me demande instamment de remplir les livrets scolaires. Ce qui implique d’évaluer mes élèves. Donc après trois mois d’école à la maison pour certains, après des semaines de deux jours/deux jours pour d’autres, des semaines complètes pour d’autres encore, je devrais leur poser une fiche devant le nez et les mettre en évaluation ? T’as craqué Jean-Mi ou bien ? Tu vois bien que c’est débile, non ? Même mon fils, qui est au lycée, n’a pas eu de notes ! Des appréciations qui parlent de l’assiduité, du sérieux, oui, mais pas de notes !

Jean-Mi, regarde-moi. Regarde-moi bien. Tu crois que mon rôle, là, c’est de les coller en évaluation ? Tu crois pas que ma priorité en ce moment, c’est de leur faire retrouver un rythme de classe, le sens du collectif ? On va bosser, qu’est-ce que tu crois, évidemment ! T’as déjà essayé de tenir 25 gamins dans une classe sans les contraindre avec une consigne ? Alors oui, jusqu’au bout on va continuer à apprendre, le futur, les groupes nominaux, les multiplications posées. Mais, écoute-moi bien droit dans les yeux (je sais, ça veut rien dire, c’est comme « regarde-moi sur un autre ton », j’adore dire ça, ça me fait rire), donc ouvre autant tes oreilles que tes yeux et imprime, imprime, imprime : je ne les mettrai pas en situation d’évaluation. Je vais observer où ils en sont, voir les manques, les gains, les attitudes de travail, tout ça, mais je ne les évaluerai pas, je n’ajouterai pas du stress à l’anxiété, j’ai pas de temps à perdre. Et j’ai des sourires d’enfants à retrouver moi. Non mais.

6 commentaires sur « Humeurs du jour : joie et résistance »

  1. Le corps enseignant est soumis à rude épreuve cette année….. et que dire de ces petits auxquels on a demandé tant de changements et tant d’efforts !!! heureusement, eux, ils oublient vite !!! et leurs sourires sont le meilleurs des moteurs pour aller de l’avant ! bon w-e Camille courage ❤

    Aimé par 1 personne

    1. Et bien, pour commencer, je n’écoute plus la radio, je boude la télé, je fuis les réseaux, ça améliore grandement le moral et la confiance. Et puis, oui, je me concentre sur leurs sourires ! Merci Gibulène, bon weekend à vous également !

      Aimé par 1 personne

A vos claviers : commentez !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s