Divins enfants

L’autre jour, j’ai demandé à une élève avec qui je bavardais ce qu’elle avait demandé au Père Noël dans sa lettre. Elle a haussé les épaules et m’a répondu un truc qui m’a laissée sulcul : « Je sais plus. » J’ai demandé à sa copine, pas mieux.

J’ai interrogé un autre loustic, mon Mister Centmillevolt, qui m’a débité sans ponctuation une liste interminable que j’ai stoppée avant de m’écrouler en PLS.

J’ai interrogé mon neveu et ma nièce que je gardais ces jours-ci, des jumeaux. Ils ont répondu « vingt-et-un cadeaux. » Chacun. J’ai fait wahou… et j’ai demandé lequel ils espéraient le plus. Lui est passé à un autre sujet, comme s’il s’en cognait la tintinnabule de ouf, et elle a répondu avec l’autorité qu’elle sait poser en toute chose : moi j’en veux beaucoup.

Je les revois quand ils étaient plus petits, la famille tout autour avec un verre à la main, et les deux qui ouvraient leurs cadeaux à toute vitesse, les jetaient derrière eux pour ouvrir le suivant sans même avoir regardé, la grand-mère qui insiste : « Oh mais regarde, ça c’est le Père Noël d’Amatxi, ça te plaît ? » Rien, nada, on passe au prochain paquet. Magie de Noël…

Moi j’avais offert un abonnement au théâtre du coin, pour eux et moi, quatre mercredis inoubliables, et rien sous le sapin. Je m’en étais drôlement félicitée. Bien-sûr, cette année, c’est un peu compliqué, l’abonnement spectacles… Alors j’ai pris des albums jeunesse. On n’en a jamais trop. D’ailleurs, cette année, j’ai fait une razzia chez mon libraire, bouquins pour tout le monde, je ne me suis pas éparpillée, j’ai gagné un temps fou et j’ai passé un moment merveilleux dans les rayonnages.

Je me demande, parfois, à qui on cherche à faire plaisir en les gavant comme ça, les p’tiots. Faudrait voir à cesser la surenchère, parce qu’elle est pathétique. Je sais que c’est difficile de bloquer la famille, j’ai pas fait mieux que les autres pour mes propres enfants… Tout le monde veut montrer son affection avec un paquet qui a l’air de kekchoz, mais finalement, c’est une vaste connerie. On en fait des éternels insatisfaits, des intolérants à la frustration, des petits cons, quoi. Mais franchement, c’est de notre faute.

3 commentaires sur « Divins enfants »

  1. les Noëls de mon enfance (1950/1960) étaient tellement beaux avec deux ou trois paquets sous l’arbre devant la cheminée !!! mes petiots on droit à un cadeau pas plus par enfant et par personne……….. mais nous sommes trop nombreux à leur faire un seul cadeau…….. la magie n’y est plus. La liste était faite en octobre, les expéditions bouclées début novembre…….. et demain matin le grand déballage (en visio, virus oblige). Pour l’instant il ne fait même pas froid, les clémentines n’ont plus la même saveur………..
    Joyeux Noël Camille

    Aimé par 1 personne

    1. Dans certaines familles, il y a entre les adultes un tirage au sort pour que chacun n’ait qu’une personne adulte et un enfant à combler. Les enfants ont donc deux cadeaux, celui de cette personne et celui de leur parent. Enfin, toutes les organisations sont envisageables, mais là, je trouve que c’est délirant… J’ai revu mes neveux, ils ne se souvenaient pas trop de ce qu’ils avaient eu, et j’ai trouvé ça très triste.

      Aimé par 1 personne

A vos claviers : commentez !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s