Le syndrome du parapluie

Le protocole s’allège, tout le monde respire, sort, va boire des coups, organise des weekends… Mais à l’école, on continue à ramer comme des dingues dans cette amère galère.

On ne peut pas laisser les enfants de deux classes différentes jouer ensemble, même en extérieur, et si un enseignant est absent, interdiction de les accueillir comme autrefois dans les autres classes : ils doivent rentrer chez eux. Personne ne dit ce qu’on en fait en attendant que les parents arrivent, où on les met s’ils n’arrivent pas du tout, ayant eux-mêmes leurs contraintes professionnelles. Quelqu’un se souvient que nous avons des petits à l’école ? Des petits qui ne rentrent pas tout seuls, ne se gardent pas tout seuls ? Et qu’on n’a pas de pion, pas d’infirmière, pas de secrétaire comme dans les collèges ?

Qu’on se démerde ! L’important c’est que sur le papier, ce soit bien écrit que c’est interdit, même si tout le monde sait que c’est absolument impossible à respecter. Ainsi les chefs, s’il y avait un couac, ne seraient pas tenus pour responsables. Syndrome du parapluie.

Ah oui, et puis aussi, un seul cas de covid et la classe ferme. La menace est importante, lourde de conséquences. Chez nous on a déjà fermé deux classes pendant une semaine, le virus est encore là, on le sait. Alors on redouble de prudence, on fait tout comme il faut, autant que possible.

Et puis, au milieu de tout ça, brutalement, nous tombe l’autorisation d’aller à la piscine. Youpi. Activité essentielle, qu’ils ont décidé là-haut, alors pour faciliter les choses, on nous précise que deux classes pourront être ensemble dans un seul bus (ce qui est interdit pour aller au musée ou au cinéma, va comprendre…) La magnifique nouvelle est assortie de quelques articles dans les journaux, de quelques reportages dans les médias : les gosses ne savent pas nager vu que les piscines sont fermées depuis des lustres, et ça craint avec l’été qui arrive, ça sent le carnage. Maîtresse tu es priée de culpabiliser un chouïa s’il te prenait l’envie de renoncer.

Renoncer ? Comment ça renoncer ? Oui, j’imagine qu’à ce moment de mon billet, vous vous dites ben, le gouvernement a bien fait ! C’est quand même important de savoir nager ! Forcément vous vous dites ça. Si je n’étais pas dedans, je me dirais la même chose. Mais je vous laisse lire la note relative à la sortie piscine. C’est pas moi qui souligne, hein, j’ai fait une capture simple.

Il n’y a pas besoin d’être enseignant pour imaginer ce que c’est que cinquante gamins de 7-8 ans qui arrivent à la piscine. Il n’y a pas besoin d’être très malin pour comprendre que ces règles sont irréalisables. Ils vont se changer en gardant le masque ? Se déshabiller dans le vestiaire collectif en prenant garde à ne pas s’approcher du copain, surtout celui de l’autre classe qu’on n’a pas le droit de croiser le reste du temps à l’école ? Garder le masque jusqu’à l’entrée de la douche ? Et là on en fait quoi ? Et puis aussi : je fais le ménage en arrivant et avant de partir, c’est ça ? C’est évident, si un cas de covid se déclarait, les deux classes devraient fermer. Cinquante familles en quarantaine. Un cluster par ma faute. Car on nous reprocherait de ne pas avoir respecté ce protocole pourtant clairement écrit. Syndrome du parapluie toujours.

Depuis des mois, on me demande de séparer mes élèves masqués de ceux de ma collègue, masqués également, dans la cour de l’école, mais là on peut les mettre à poil dans le même vestiaire ? Depuis des mois les parents sont tenus à distance de l’école, interdit de tout, mais là d’un coup ils peuvent venir et assurer l’accompagnement ? Parce que n’imaginez pas que je laisse les gosses aux maîtres nageurs et que je m’en vais buller au soleil ! Non, on n’a qu’un seul maître nageur pour surveiller l’ensemble du bassin, il ne gère pas l’apprentissage en lui-même. Donc, pour être dans les clous de la sécurité et dans les règles de la pédagogie, on emmène 3 ou 4 parents volontaires et on répartit les gosses par groupes de 8/10 dans le bassin. Des parents investis, qui ont accepté de passer un agrément pour avoir le droit d’accompagner la sortie piscine, qui prennent des RTT pour ça. Nous, on leur confie un groupe d’élèves et on leur indique quoi faire comme jeux, quelles consignes donner. Comme si c’était mon métier d’apprendre aux gosses à nager… et d’apprendre à d’autres adultes comment apprendre aux gosses à nager ! Donc en temps normal, la sortie piscine c’est déjà un casse-tête, une galère, un gouffre à fric. Mais on fait. Parce que c’est important de savoir un minimum nager.

Mais là, trop c’est trop. J’en ai marre qu’on me fasse faire des trucs incohérents. J’en ai marre de passer pour une folle aux yeux des parents. J’en ai marre de prendre des risques et d’assister à la jolie chorégraphie des ouvertures de parapluies. Alors j’ai décidé. J’irai pas à la piscine. Ouh là là la méchante rebelle.

Et voici mon message perso pour Manu. Je suggère qu’en plus du « chèque culture » de 300 euros aux 18 ans, il envisage un « chèque natation » de 100 balles par enfant, pour apprendre réellement, avec des vrais professionnels, avant l’été. Parce que c’est vrai que ça craint, que les gosses ne sachent même pas se mettre en sécurité s’ils tombent à l’eau. Mais voilà, je peux pas tout faire. Pis surtout je peux pas être responsable de tout. Alors on oublie ses parapluies, et on vise le bon sens, pour une fois. Quelqu’un transmet ? Merci !

6 commentaires sur « Le syndrome du parapluie »

  1. C’est bien à l’image de la gestion de la crise depuis le début 2020, par un gouvernement d’irresponsables, qui s’auto-congratule à chaque décision et se décharge complètement de toute responsabilité en cas de souci….
    Bon courage pour la suite.

    J'aime

  2. Les incohérences sont légion ! les enseignants ont bien du mérite. Ce n’est pas être méchante que de jouer la simplicité. A un moment faut aussi savoir dire non. Belle fin d’année scolaire malgré tout Camille

    Aimé par 1 personne

A vos claviers : commentez !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s