Le regard de Greta

Sa colère. Ses yeux foudroyants, son menton tremblant. Sa tresse d’enfant et son corps qui change sous nos yeux, au fil de sa croissance qu’elle passe à mener les foules et discourir devant les assemblées de dirigeants. Progressivement, mois après mois, ses joues rondes disparaissent, mais son regard conserve sa puissance accusatrice, sa détermination. Greta grandit sous nos yeux. Et face à elle, les soi-disant puissants de ce monde sont de plus en plus rabougris, ridicules, pathétiques.

A l’ONU, ce 23 septembre 2019, elle a fustigé les décideurs qui sont tellement occupé à ne rien décider. Peut-être qu’elle est manipulée. Sans aucun doute très aidée, car il faut bien que certains organisent et permettent ses interventions… Moi, si j’essayais simplement d’aller taper la causette avec le Super Grand Shtroumpf dans son bureau rue de Grenelle, je me ferais tèj’ vite fait. Donc elle a ses entrées, évidemment. Et c’est tant mieux.

J’ai failli m’étouffer en écoutant la réaction de Brune Poirson sur France Inter hier matin. En gros, elle disait que l’action de Greta Thunberg était sûrement utile et nécessaire, mais qu’on ne fera pas avancer la situation avec des discours de désespérance, en montant les gens les uns contre les autres, et qu’elle ferait mieux de travailler avec eux à chercher des solutions parce que quand même, elle cause beaucoup, Greta, mais elle ne propose rien. Je rêve… C’est à elle, cette môme de 17 ans, de « trouver des solutions » ? Ils sont vexés qu’une gamine leur tire l’oreille et les traite d’incompétents uniquement préoccupés par le fric, alors ils lui répondent « t’as qu’à l’faire, toi, si t’es si forte ! » Je ne sais pas vous, mais moi ce genre de réaction m’effraie plus encore que les marées de plastoc dans la mer, elle montre à quel point ceux qui tiennent les rênes pataugent dans la semoule, elle montre que nous courons tout droit vers un monde crétin de type Idiocracy.

Et puis, je me disais aussi… Imaginons qu’elle y arrive, cette gosse, qu’elle gagne, qu’elle fasse réellement bouger les choses… L’Humanité aura été sauvée par une enfant autiste, atteinte du syndrome Asperger. À méditer…

greta thunberg