Portraits animaliers

Ben oui, je sais pas ce qui me prend ces temps-ci, je mitraille les occupants de mon poulailler, et les diverses bestioles croisées en randonnée. N’allez pas en conclure que l’humain m’ennuie, au contraire (j’ai également quelques jolis clichés de mes copines arpentant les chemins enherbés ou frissonnant, hilares, sous l’eau glaciale de cascades pyrénéennes). Mais j’avoue avoir pour l’animal en général, si ce n’est une affection particulière, du moins une intense curiosité. Le truc, c’est qu’observer le vivant qui m’entoure m’aide à mieux comprendre les travers, instincts ou réactions de mes contemporains. Il y a quelques temps, j’ai commis un parallèle subtil (si, si ! relis tu verras !) entre chatons et enfants. J’aurais pu alors vous coller des photos de la portée qui sévissait alors dans ma grange (portée de chatons, hein, je n’élève pas d’enfants dans ma grange, pas encore en tout cas). Je me suis abstenue, considérant que ce type de mignonnitudes à la petite semaine ne fleurissait déjà que trop sur les réseaux sociaux. Je vous présente donc aujourd’hui, et dans l’ordre d’apparition : Philibert, Marie-Lyne, Gros-Bill, et enfin Auguste. Je les trouve magnifiques… Ils accrochent la lumière tels des stars (ma copine sous la cascade aussi, mais je la garde pour moi. Non n’insistez pas.)

PhilibertMarie-LyneGros BillAuguste