En 2020, t’as écouté quoi ?

J’ai pas la folie du classement, mais si j’essaie de faire le point sur ce qui m’a fait bicher ces derniers mois, je pense quand même tout de suite à Ben Mazué.

Toute personne me connaissant dans la vraie vie réelle en chair et en os le sait pour me l’avoir entendu dire bien des fois cette année : je suis totalement « in love » de ce mec depuis que je l’ai rencont/ non, depuis que je l’ai découvert. C’est la gueule de Jacques Gamblin en encore plus waw. Jacques Gamblin, on me l’avait posé sur la rétine dans Il y a des jours… et des lunes, j’avais gardé le bec ouvert et la bave aux commissures pendant tout le film (c’est un Lelouch, c’est toujours assez long). C’est pas d’hier, je sais. Attends que je cherche. Ah ouais, d’accord 1990. J’avais dix-sept ans. L’époque où j’allais au cinoche deux fois par semaine, souvent je changeais de salle pour en voir deux pour le prix d’un. Jeunesse délinquante… Pour en revenir à Ben Mazué, je ne sais pas pourquoi mais je trouve qu’il a un petit quelque chose de Brel aussi, lequel me fait frissonner tout pareil.

Donc, à part mon côté midinette que tu découvres peut-être et que j’assume (C’est la mode, c’est Jupiter qui nous a montré, si tu annonces un truc pourri, tu dis j’assume derrière et tout le monde se met à commenter ah ben là tu vois, c’est la classe, le mec, il assume, c’est quand même le type qui sait où il va, nous non mais lui il sait d’ailleurs regarde son air convaincu et puis surtout il assume. Mais je m’égare encore ! Empêche-moi, tu vois bien que je me laisse aller ! C’est parce que je suis en manque de bavardages, j’ai du retard de dire du mal, fais pas gaffe)(Elle était longue cette parenthèse, la vache !), je serais ravie de te faire également découvrir cette chanson que j’aime particulièrement.

Change, invente, arrache, crée
Charge, cogne, balafre les
Dès qu’ils te disent que c’est foutu, que c’est foutu
Tu les fais taire